La dette peut-elle être remboursée ? Shakespeare et le motif de la dette, du matériel au spirituel, vers les sources antiques insulaires. - Université Clermont Auvergne Access content directly
Journal Articles E-CRINI - La revue électronique du Centre de Recherche sur les Identités Nationales et l'Interculturalité Year : 2017

La dette peut-elle être remboursée ? Shakespeare et le motif de la dette, du matériel au spirituel, vers les sources antiques insulaires.

Abstract

The following study deals with the debt theme linked to William Shakespeare and his medieval sources. Starting from the objective, material, monetary aspect, the aim is to explore various facets of the theme and reach the subjective, immaterial, spiritual sphere in order to acknowledge a debt that has not yet been settled and return its voice to a culture which merely shows on the surface of the text, but whose presence is undeniable: the so-called « Celtic » culture. The medieval texts assure a firm link between Classic Antiquity, the « Celtic » culture and Shakespeare. With archeological data, they are the only representatives from the past to have reached us and to enable an insight into this concealed culture. The present paper evokes The Merchant of Venice and two of its sources, the Cursor Mundi, a 14th century Northumbrian poem (Fairfax MS 14, Bodleian Library) and the Gesta Romanorum (13th century, Harl. MS 7333). It also visits some of the motifs present in the Arthurian matter as a way to attain « Celtic » antiquity, itself examined here via King Lear and Macbeth. The point is to determine the type of debt the author has contracted towards his sources, and to acknowledge it.
L’étude qui suit traite du thème de la dette lié à William Shakespeare et à ses sources médiévales. Partant de l’aspect objectif, matériel, monétaire, il s’agit d’explorer différentes facettes du sujet et d’atteindre la sphère subjective, immatérielle, spirituelle afin de reconnaître une dette non encore acquittée et redonner voix à une culture qui ne fait qu’affleurer l’œuvre du grand maître mais qui y est pourtant bien présente : la culture dite « celte ». Les textes médiévaux s’affirment comme autant de liens entre l’Antiquité classique, la culture « celtique » et Shakespeare. Ils se font les relais, les seuls qui nous soient parvenus avec les sources archéologiques, pour trouver trace de cette culture enfouie. Le présent article évoque Le Marchand de Venise et deux de ses sources, le Cursor Mundi, poème northumbrien du 14è siècle (Fairfax MS 14, Bodleian Library) et la Gesta Romanorum (13ème siècle, Harl. MS 7333). Il visite aussi des motifs présents dans la matière arthurienne, qui permettent d’atteindre l’antiquité « celtique » examinée ici via Le Roi Lear et Macbeth. Il s’agit de déterminer quel type de dette l’auteur a contracté vis-à-vis de ses sources, et d’en établir la reconnaissance.
Not file

Dates and versions

hal-01908798 , version 1 (30-10-2018)

Licence

Copyright

Identifiers

  • HAL Id : hal-01908798 , version 1

Cite

Céline Savatier-Lahondès. La dette peut-elle être remboursée ? Shakespeare et le motif de la dette, du matériel au spirituel, vers les sources antiques insulaires.. E-CRINI - La revue électronique du Centre de Recherche sur les Identités Nationales et l'Interculturalité , 2017, 9. ⟨hal-01908798⟩
57 View
0 Download

Share

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More