Keep Off the Grass : Grassland Scarcity and the Security Implications of Cross-Border Transhumance Between Niger and Nigeria - Université Clermont Auvergne Access content directly
Preprints, Working Papers, ... Year : 2021

Keep Off the Grass : Grassland Scarcity and the Security Implications of Cross-Border Transhumance Between Niger and Nigeria

Abstract

In 2018, 1,300 people were killed and 300,000 displaced as a result of herder-farmer conflicts in Nigeria. These tensions threaten the already weakened security, economic development and food security in Western Africa. Indeed, cross-border transhumance of herders during the dry season is an important economic activity recognized by the Economic Community of West African States (ECOWAS). This practice is also an important adaptation strategy to climate change for Sahelian States that have developed a comparative advantage in producing and exporting livestock. However, the establishment of a harmonized legal framework surrounding this practice is hampered by coordination failures between Coastal States (primary receivers of livestock flows) and the Sahelian States (primary providers of livestock flows). The growth of the Nigerian agricultural sector through the expansion of agricultural land threatens the last open pastures and transhumance corridors. Indeed, Nigeria faces a scarcity of arable land for a growing rural population. Is competition for the remaining Nigerian grassland a factor of violence between nomadic herders from Niger and Nigerian farmers? Recent empirical evidence suggests that climate-induced migration of herders to nearby agricultural areas (short transhumance) is associated with a higher risk of herder-farmer conflict for the remaining pastoral resources. However, no analysis has been made on the case of lengthy and costly transhumance. This article analyses the security implications of cross-border transhumance between Niger and Nigeria at the scale of 0.5x0.5 degree cells between 2006 and 2016. Using spatial panel techniques and satellite data on land cover, it questions the importance of grassland grabbing strategies as a cause of the recent herder-farmer conflicts in Nigeria. The obtained results hardly coincide with the idea that transhumant herders from Niger enter into conflict with Nigerian farmers over the grabbing of the last grazing resources. Ultimately, the economy of Sahelian countries, which depends on livestock trade, is threatened by a political instrumentalization of herder-farmer conflicts through the rhetoric of "invaders against farmers."
Pour l’année 2018, le bilan estimé des affrontements entre éleveurs et agriculteurs au Nigéria est de 1 300 victimes et 300 000 personnes déplacées. Ces tensions menacent la stabilité, le développement économique et la sécurité alimentaire déjà affaiblis en Afrique de l'Ouest. En effet, la transhumance transfrontalière des éleveurs pendant la saison sèche est une activité économique dont l'importance régionale est reconnue par la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO). Cette pratique relève également d'une stratégie d'adaptation au changement climatique essentielle pour les États sahéliens qui ont développé un avantage comparatif dans la production et l'exportation de bétail avec leurs voisins. Cependant, la mise en place d'un cadre juridique harmonisé autour de cette pratique est entravée par des problèmes de coordination entre les États côtiers (principaux destinataires des flux de bétail) et les États sahéliens (principaux fournisseurs de flux de bétail). La croissance du secteur agricole nigérian par l'expansion des terres agricoles menace les derniers pâturages ouverts et les couloirs de transhumance. En effet, le Nigéria est confronté à une pénurie de terres arables pour une population rurale croissante. La concurrence pour les derniers pâturages nigérians est-elle un facteur de violence entre les éleveurs nomades du Niger et les agriculteurs nigérians ? Des preuves empiriques récentes suggèrent que la migration des éleveurs induite par le climat dans les zones agricoles voisines (courte transhumance) est associée à un risque plus élevé de conflit éleveur-agriculteur pour les ressources pastorales restantes. Cependant, aucune analyse n'a été faite sur la question de l'accès aux pâturages lors de transhumances longues et coûteuses. Cet article analyse les implications sécuritaires de la transhumance transfrontalière entre le Niger et le Nigéria à l'échelle de cellules de 0,5x0,5 degrés entre 2006 et 2016. En utilisant des techniques de panel spatial et des données satellitaires sur la couverture terrestre, il questionne l'importance des stratégies d'accaparement des prairies comme une cause des récents conflits éleveurs-agriculteurs au Nigéria. Les résultats obtenus coïncident peu avec l'idée que les éleveurs transhumants depuis le Niger entrent en conflits avec les agriculteurs Nigérian pour l'accaparement des dernières ressources en pâturage. In fine, l'économie des pays sahéliens liée au commerce du bétail est menacée par l'instrumentalisation politique du conflit entre éleveurs et agriculteurs passant par l'utilisation de la rhétorique "envahisseurs versus agriculteurs".
Fichier principal
Vignette du fichier
ED_26.pdf (1.47 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)

Dates and versions

hal-03350202 , version 1 (21-09-2021)

Identifiers

  • HAL Id : hal-03350202 , version 1

Cite

Camille Laville. Keep Off the Grass : Grassland Scarcity and the Security Implications of Cross-Border Transhumance Between Niger and Nigeria. 2021. ⟨hal-03350202⟩
306 View
294 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More